« Google aime le contenu et les pages fraîches »

referencement_site_internet_12.jpg

Comme le précise Didier Calloc’h, l’un des associés de l’Agence Art’mail CONSEIL, « la veille technologique », c’est notre quotidien. Vous trouverez donc ci dessous parmi notre sélection, un article très intéressant sur le référencement :

« Les astuces douteuses ne sont plus les bienvenues en référencement, ressortir en tête des moteurs exige de la qualité en termes de contenu, de lien et de code source ». Sandrine Saporta (Ciblo)

Quelles sont les variables les plus déterminantes aujourd’hui pour améliorer la visibilité d’un site?

Les leviers les plus importants sont le référencement avec optimisation du site (balise keywords, title…), les sites maps, les URLs rewriting, les échanges de liens. Ces éléments restent les techniques de base. On peut améliorer en travaillant sur le balisage sémantique aux normes W3C de son site et le contenu.

Est-il suffisant d’être en deuxième page des résultats? Où cela ne sert à rien ?

La deuxième page est encore consultée, donc c’est déjà assez bien mais la première est stratégique. En revanche, au-delà de la deuxième, cela devient difficile de générer du trafic.

A quoi correspond le Trust Rank , quelle influence a-t-il sur le référencement ?

Le Trust Rank est une marque déposée de Google qui correspond à une nouvelle notion : l’indice de confiance. C’est-a-dire que Google va attribuer une « note » secrète en fonction de critères qui ne sont plus axés seulement sur le nombre de liens, mais surtout sur la qualité des liens qui pointent sur votre site. Le trust rank tend à devenir plus important que le page rank. Trop de sites ont de nombreux liens en provenance de link farm (ndlr : ferme de liens) ou de sites non qualitatifs ou ayant trop de liens.

Est-ce vrai que la multiplication des échanges de lien ne joue plus vraiment dans le référencement d’un site ?

L’échange de liens reste très important à condition d’être qualitatif et pertinent. Ce n’est plus la quantité qui prime.

Est-ce vraiment « la revanche du contenu », comme l’écrit l’agence Dixxit dans son livre blanc sur le référencement ? Les petites astuces (pages satellites et autres) ont-elles encore de beaux jours devant elles ?

Le contenu aujourd’hui est un excellent levier d’optimisation de son référencement. Google aime le contenu et les pages « fraîches ». D’ailleurs, de nombreux sites éditoriaux arrivent en tête, avant les sites commerciaux pauvres en contenu. Je pense qu’aujourd’hui c’est la fin des petites astuces douteuses.Les bidouillages sont rapidement repérés. Le référencement est devenu un vrai métier de professionnels, avec des règles. La seule difficulté reste la recherche de techniques efficaces pour améliorer ses résultats.

Hormis Google, quid du référencement dans les autres moteurs ? L’indexation et les résultats sont différents et Google n’est pas le seul acteur du marché.

Il est vrai que Google n’est pas le seul mais aujourd’hui il représente 89 % des recherches, ce qui fait de lui un acteur prédominant. Cependant, cela ne veut pas dire que les autres moteurs sont à négliger. D’ailleurs une prestation de référencement s’entend par une indexation sur les principaux moteurs et annuaires et pas uniquement sur Google.

Comment savoir si ses pages sont accessibles par les robots ?

Il faut avoir soumis son site aux robots et si vous avez fait un sitemap et que votre code ne comporte pas de facteurs bloquants type frame ou full flash (sans contenu xhtml en plus), vos pages seront accessibles.

De même, il existe des outils qui vous permettent de connaître le nombre de vos pages qui ont été indexées dans les moteurs.

Est ce que l’utilisation de gestionnaire de contenu, type Joomla, nuit au référencement ?

Joomla est un CMS, et en matière de CMS, les points de vues divergent. Personnellement, je ne trouve pas ce CMS très élaboré et il est plutôt un frein au référencement car nous n’avons pas toute la flexibilité pour intégrer toutes les optimisations que nous souhaiterions.

Combien de temps entre une mise à jour du site, pour optimiser son référencement, pour que cela soit pris en compte par Google par exemple ?

C’est très variable. S’il s’agit d’un site nouvellement créé, ce sera plus long. Mais si le site bénéficie d’une bonne antériorité et que les indicateurs de périodicité sont bien renseignés, cela peut être très rapide.

Qu’entendez-vous par balisage sémantique ?

Dans la création de sites, beaucoup de graphistes et développeurs mélangent la partie HTML et la partie CSS qui correspond au graphisme. Aujourd’hui la norme du W3C est d’être en XHTML strict, ceci correspond à des normes internationales d’accessibilité.

Les moteurs ne voient ni les images, ni les polices de caractères, ni le flash. Il existe donc une forme de grammaire propre – qui n’a rien à voir avec le graphisme – pour transcrire sémantiquement votre site.

Comment faire la différence entre les référenceurs qui proposent des prix avec écarts de 1 à 5. Quels doivent être les éléments à prendre en compte dans une proposition ?

Le référencement est une prestation de temps homme. Si le travail est réalisé en France avec des référenceurs confirmés avec un travail continu, il est difficile d’avoir une prestation à bas prix.

Avoir des liens sponsorisés joue-t-il sur le classement dans l’index général ?

Non, le fait de faire des liens sponsorisés n’améliore pas votre référencement naturel. En revanche, avoir un bon référencement naturel joue sur vos liens sponsorisés et améliore votre quality score.

Les sites à base d’Ajax posent-il un problème en matière de référencement ?

Non, il est possible de référencer un site en Ajax mais cela demande des compétences particulières qui sont du niveau d’un ingénieur spécialiste déjà des bonnes pratiques d’Ajax.

D’un point de vue rentabilité, est-il plus pertinent de faire du liens sponsorisé ou du référencement naturel ?

La vraie rentabilité aujourd’hui s’obtient en ayant une stratégie combinée de référencement naturel et de liens sponsorisés.

Les enjeux sont différents : d’un côté vous référencez tout votre catalogue produit, vous visez les positions stratégiques mais sans garantie de positions. De l’autre côté, les liens permettent une grande souplesse, de faire des campagnes ponctuelles, de destocker un produit en particulier, d’être présent sur les mots clefs sur lesquels vos positions sont faibles en référencement naturel.

source : Emmeline RATIER, JDN Solutions

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *