Internet et la marque est devenue un média…

La marque devient media

La marque devient media

« La marque la plus solide d’un marché peut s’effondrer du jour au lendemain si elle ne repousse pas sans cesse les frontières, en termes de produit, de prix, de cible, d’innovation véritable, et si elle commet des erreurs de discours. Il n’y a rien de plus grave pour une marque que de n’avoir rien à dire, passé la première promesse, la première surprise ; rien de vrai, rien de fort, rien de durable ! La notoriété fut-elle grande, ne fait pas une marque : Le produit résout un problème, la marque apporte une réponse. »

Il est indéniable que la capacité des marques à créer et à proposer des contenus élaborés plutôt qu’un simple message « univoque » est beaucoup plus importante aujourd’hui, qu’hier. Les raisons sont nombreuses selon nous :

  • La multiplication des canaux de diffusion et d’information
  • L’abaissement des coûts de production et de diffusion grâce notamment au canal Web
  • L’évolution des comportements des consommateurs et Internautes qui ont qui demandent à recevoir autre chose que des messages publicitaires répétés.

Sens et essence d’une marque

« Cela peut surprendre, mais avant tout le monde n’est pas d’accord sur ce qu’est effectivement une marque. Pour les uns, il faut y avoir une notion relativement étroite et non commercial. Pour d’autres, c’est une image que l’on peut utiliser en valeur des avantages et des différentes…

Approche de la définition de marque

« La marque est un repère mental sur son marché. » Cette définition sous-entend 2 questions souvent non résolues par les gestionnaires de marques (brand managers) dans les entreprises. En effet, quel marché et quel repère mental ?

Toute marque doit répondre à cette double question :

  • Quelle idée forte et quel savoir-faire d’entreprise pourra développer durablement un ou plusieurs marchés rentables ?

Le marketing narratif de la marque

Le marketing de marque (branding) s’appuie sur cette réalité partagée entre l’émetteur, l’entreprise et le récepteur, le consommateur ou client. la préférence pour une marque par rapport à une autre se soit d’être valorisée, sinon le récit de la marque perd lui-même de sa valeur.
Dans notre société marchande actuelle, un récit a plus de valeur qu’un objet ! Comme si le spectacle l’emportait sur le réel….

Les critères d’une « bonne » marque

Pour échapper au cycle de vie éphémère du produit, pour demeurer marque et éviter de n’être à terme qu’une notoriété destinée à décroître, la marque doit veiller à répondre sans cesse à 4 critères :

  1. La notoriété : la marque doit être connue ! Sans connaissance de la marque par son public, le développement semble voué à l’échec…
  2. L’existence sensorielle : Nous avons de prime abord, une perception sensorielle de la marque, ce qu’elle nous évoque…
  3. L’essence de la marque, son ADN : une marque émane, à l »origine d’une produit qui définir une nouvelle échelle d’appréciation sur son marché.
  4. Le comportement de la marque et la fidélité du consommateur : Il y a un comportement de marque qu’attendent les consommateurs comme autant de signes d’une identité susceptible de développer une communauté.

Le « brand content » en quelques mots…

Finalement, le contenu de marque aujourd’hui, grâce que Web en autres, ne doit-il pas être : des sujets de conversations utiles, passionnants et étonnants ?

Qu’en pensez-vous ? réagissez, nous attendons vos remarques…

Sources : Mythologie des marques – Georges Lewi ; Brand content – Daniel Bô & Matthieu Guével – Art’mail CONSEIL — Didier Calloc’h

2 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *