Le Rich Media

Le rich media enrichit le contenu vidéo diffusé

Diffuser de la vidéo sur Internet, c’est bien. Mais lorsqu’elle est synchronisée avec des documents qui optimisent la communication, c’est encore mieux. Adopté par les entreprises, le concept du rich media favorise en outre une meilleure interaction entre les utilisateurs et le contenu.

En 1999, la publicité Internet se résumait au Gif sur lequel l’internaute devait cliquer. Et la publicité visait à inciter l’internaute à aller sur le site de l’annonceur, à se balader pour ensuite réaliser l’action recherchée, que ce soit un achat, une inscription ou autre. Aujourd’hui le Rich Media permet de tout faire directement dans la bannière, grâce à cette interactivité. Le rich media est le Web 2.0 de la communication online.

Tout aussi fondamental que le streaming , le concept de rich media constitue certainement la plus grande originalité apportée par internet à l’audiovisuel. Regarder une vidéo ou un film, c’est bien. Pouvoir interagir, c’est mieux. Y ajouter du texte, des slides de présentation, des graphiques… synchronisés avec le discours du président ou du formateur, c’est encore mieux. Connue sous le nom de rich media , cette notion qui consiste à synchroniser différents médias et à autoriser l’interaction entre eux et l’utilisateur, est apparue avec le streaming . D’abord sous le format propriétaire ASF (Advanced Streaming Format) , proposé par Microsoft, puis normalisé par le W3C sous l’appellation Smil (Synchronized Multimedia Integration Language). Trop limitée, la première version n’a toutefois pas connu le succès escompté. Résultat, le rich media a été décliné en différents formats propriétaires par les divers acteurs du marché du webcast .
De multiples applications possibles

Toutes ces techniques de synchronisation de contenus ne se limitent pas à la diffusion de conférences. Dans les faits, l’ e-learning, où le discours du formateur peut être illustré de documents explicatifs, représente certainement la première application du rich media. La publicité se révèle également très friande de ces technologies qui devraient contribuer à l’enrichissement des bannières publicitaires et favoriser ainsi l’acquisition de données sur les clients via des formulaires, ou encore la déclinaison et l’intégration de spots vidéo ou sonores dans des pages HTML. Idem pour les catalogues de commerce électronique : la plupart des études montrent que les clients apprécient d’avoir une représentation vidéo ou en 3D des produits. En fait, les spécialistes du domaine considèrent le rich media comme une nouvelle façon d’imaginer l’interface utilisateur en concevant une plate-forme où convergent simultanément texte, vidéo, audio, etc. Dans ce cadre, tout reste à inventer…

D’ailleurs, l’Agence Art’mail CONSEIL est à votre disposition pour vous présenter des exemples de rich media et vous apporter son savoir-faire en la matière.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *